Pacte Finance-Climat à l’UNESCO

Le 15 mars 2018, le Collectif Pacte Finance-Climat (Climat 2020), qui est soutenu notamment par Nouvelle Donne et que notre Comité local a rejoint à son tour, a provoqué une rencontre internationale à la Maison de l’UNESCO (Paris). Il s’agissait à la fois de présenter le projet du Collectif, de faire se rencontrer des personnalités issues de mouvements, de philosophies, de pensées économiques diverses, voire divergentes sur nombre de sujets, mais qui ont accepté de se retrouver sur la nécessité d’agir collectivement sur la transition énergétique.

Petite rétrospective des interventions – dont certaines brillantes – venues de tous bords :

  • le Togolais Kako Nubukpo : « Nous aurons 600 millions de jeunes travailleurs africains dans 20 ans » ;
  • l’Anglais Denis McShane : « Il faut du consensus, certes, mais attention une loi est plus importante qu’un sermon » ;
  • Manuela Carmena, maire de Madrid : « Nous, les villes, détenons le plus de leviers pour réduire le carbone mais il faut les financements » ;
  • Jean-Marc Ayrault : « Ce serait un évènement mondial que le prochain sommet marque une priorité claire au traitement du chaos climatique, mais nous sommes trop habitués aux demi-mesures » ;
  • Laurence Parisot (Medef)  : « On n’a jamais eu autant besoin des scientifiques » ;
  • un député de l’Isère insiste sur le point de convergence qu’est le climat entre les problèmes de santé, de sécurité, d’économie, d’emploi, d’agriculture et biodiversité, de bâti et de mode de vie : « En une décision on touche à tous les secteurs de la politique, y compris gouvernance et justice » ;
  • le responsable de l’ADEME clarifie les chiffrages en création d’emplois ;
  • Mireille Martini de FinanceWatch : « Il faut faire aussi bien que le plan chinois « belt and road project » » ;
  • Manuel Domergue, le représentant de la Fondation Abbé-Pierre : « Les passoires énergétiques coutent très cher en santé » ;
  • Pascal Canfin défend un prix plancher à la tonne de carbone, le besoin de mécanismes de garantie pour les expérimentateurs énergétiques ;
  • Olivier Prigent, représentant de la Cour des Comptes européenne, présente un calcul précis du besoin de 1115 milliards d’euros par an pour financer la transition.

Des conclusions clairvoyantes de ces journées ont été présentées par Anne Hessel, Miguel Moratinos et Nicolas Hulot. Ce dernier craint l’inertie de nos systèmes ; il demande la mise en œuvre de la Taxe sur les Transactions Financières, promise depuis si longtemps. Le plan Climat sera, selon lui, le levier pour raccorder les citoyens avec l’Union européenne. Miguel Moratinos, lui, a cité Stephen Hawking : « L’intelligence, c’est l’habileté à s’adapter au changement. » Après avoir défendu l’idée d’un accord démocratique via un référendum européen, il a souligné le danger de la montée des populismes : il faut créer un récit commun nouveau et flécher la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre comme nouvel espoir commun en Europe.

Vous retrouverez quelques-unes de ces interventions en vidéo dans ce lien.

Nouvelle Donne Gironde continue d’appeler à signer l’appel pour un Pacte Finance-Climat sur le site dédié. Merci de le faire connaître autour de vous ! Il est dorénavant en 8 langues, alors profitez de la force d’internet pour que sa diffusion soit continentale !

Localement, nous soutenons le Collectif Pacte Finance-Climat/Gironde qui a depuis quelques jours sa page Facebook. Réservez dès maintenant votre soirée du mercredi 13 juin 2018 : une grande rencontre-débat à l’Athénée municipal de Bordeaux est programmée !

Share on FacebookEmail to someoneTweet about this on Twitter