municipales 2020 : Proposition n°2

Chaque semaine, le Comité local de Gironde propose une idée, un projet, destiné à enrichir le débat à gauche, soit pour l’ensemble des communes, soit pour une commune en particulier.

Semaine du 12 septembre 2019  :

Proposition n° 2 : Un soutien actif au Pacte Finance Climat

Plusieurs villes de Gironde, comme Gradignan, Bègles ou Bordeaux, on voté un soutien officiel au Pacte Finance Climat. Mais l’action locale ne peut pas s’arrêter là. C’est pourquoi Nouvelle Donne 33 propose que les prochains conseils municipaux s’engagent dans une politique active de promotion de ce pacte. Il peut être source de revenus suffisants pour engager les actions destinées :

  1. à ralentir au maximum les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) en promouvant l’ isolation de bâtiments publics et privés, la transition énergétique dans les transports, la transition dans les comportements comme dans les consommations…
  2. à mettre en place des politiques publiques de résilience des individus comme des communautés face à un réchauffement qui malgré tout aura lieu de façon suffisamment importante pour créer des souffrances à tous les âges, dans tous les lieux et dans toutes les activités.

Ainsi les Conseils municipaux s’engageront à promouvoir auprès de leurs concitoyens cette disposition transpartisane, soutenue par des élus tant de droite que de gauche. Ils iront porter ce pacte auprès des élus nationaux pour demander au gouvernement de promouvoir au maximum le Pacte Finance Climat dans sa politique européenne. Les maires et conseillers municipaux en feront une condition auprès des sénateurs pour faire leur choix en tant que Grands Électeurs. Ils initieront des démarches collectives pour faire pression en tant que collectivités locales auprès de la Commission européenne. Ils utiliseront leurs relations privilégiées dans le cadre des jumelages avec d’autres villes européennes pour faire connaître le Pacte.

Pour découvrir le Pacte Finance Climat plus en détail, procurez-vous le livre de Jean Jouzel, Anne Hessel et Pierre Larrouturou : Finance, Climat, Réveillez-vous !

Municipales 2020 – Critères de soutien de Nouvelle Donne

Les urgences climatiques, environnementales, sociales et démocratiques ne nous permettent plus d’attendre pour changer de modèle de société. Aussi, depuis 2017, Nouvelle Donne poursuit son objectif d’union des forces de gauche écologiques à toutes les échéances électorales, mais aussi hors élections sur des combats communs comme la demande de référendum sur la privatisation du groupe Aéroports de Paris.

Pour les municipales de 2020, Nouvelle Donne appelle les forces de gauche écologiques à construire – dès le premier tour des élections – dans chaque commune une liste unique autour de règles claires. Parce qu’attendre le second tour pour s’unir, c’est préférer se compter, c’est préférer l’appareil partisan plutôt que l’intérêt général. C’est également prendre le risque de laisser gagner les libéraux de LREM, la droite conservatrice ou l’extrême-droite, et donc de perdre encore six ans dans la nécessaire transition que nous devons faire. C’est donc nier l’urgence elle-même.

Voici les huit critères qui permettront à des listes d’union des forces de gauche écologiques d’obtenir le soutien officiel de Nouvelle Donne :

DOCUMENT OFFICIEL

Critères de soutien de Nouvelle Donne
à des listes d’union des forces de gauche écologiques

Conscient de l’urgence climatique et sociale, du besoin de renouvellement de la vie politique et du désir légitime de démocratie participative, Nouvelle Donne appelle à l’union des forces de gauche écologiques dès le premier tour des élections municipales de 2020.

Nouvelle Donne soutient les démarches qui correspondent aux critères suivants et promeuvent avec force les priorités climatiques, environnementales, sociales et démocratiques :

  1. Un programme co-construit entre les partenaires, s’inspirant des 32 mesures du Pacte pour la transition et faisant de la transition écologique et énergétique une action transversale prise en compte dans tous les domaines.
  2. Un programme qui met en avant des projets d’action sociale tels que le développement de logements sociaux et d’équipements culturels, l’accueil décent des réfugiés et migrants…
  3. Un programme qui favorise la démocratie locale en associant les citoyens aux décisions tout au long de la mandature.
  4. Une liste ouvertes’inscrivant dans unprocessus de convergence de citoyens, de militants associatifs et de militants de partis de gauche et écologistes, toujours dans l’objectif du renouvellement du monde politique et de la limitation du cumul des mandats.
  5. Un processus transparent et décidé collectivement pour la constitution de la liste. Nous préconisons également la signature et le respect des 30 propositions Anticor pour les Municipales de 2020 par tous les candidats de la liste.
  6. Le respect des différentes sensibilités au sein de la liste pendant la campagne et au cours de l’exercice du mandat.
  7. Les compétences des communautés de communes et des métropoles étant de plus en plus étendues, la liste doit préciser ses priorités programmatiques pour l’échelon communautaire (communes, communautés de communes, agglomérations et métropoles).
  8. Une fois élus, les candidats doivent s’engager à mettre en œuvre un fonctionnement collégial de l’exécutif municipal, à partager équitablement les missions et à être vigilants sur les délégations de pouvoirs au maire.

Si vous souhaitez obtenir le soutien de Nouvelle Donne pour une liste d’union des forces de gauche écologiques aux élections municipales de 2020, adressez votre demande de soutien officiel à  : territoires[at]nouvelledonne.fr en indiquant les critères validés et ceux qui vous posent éventuellement problème.

Les huit critères en PDF

Municipales 2020 : Proposition n°5

La restauration scolaire : cantine bio et sans plastiques

Parce que nourrir nos enfants est un acte qui engage autant nos devoirs de parents qu’il concrétise les valeurs et les aspirations que nous défendons pour l’avenir, l’engagement des municipalités, qui ont la charge des restaurations scolaires, est essentiel.

Ce thème doit être, à nos yeux, central dans la politique des prochains conseils municipaux. L’empoisonnement quotidien par les micro-plastiques comme par les pesticides, qui nous est maintenant connu, oblige tous les élus à transformer radicalement leurs politiques alimentaires dans les écoles.

Les adhérents de Nouvelle Donne Gironde vont dans le sens du collectif Un plus bio : Les cantines scolaires doivent être transformées pour servir des plats issus de l’agriculture bio, locale et saisonnière. Et cela, malgré les idées reçues, sans coût supplémentaire.

(c) Ouest-France

Il s’agit tant de protéger nos enfants que d’aider les enseignants à les initier aux rythmes saisonniers et aux relations entre le quotidien des enfants et la géographie locale. La lutte contre l’omniprésence des plastiques s’intègre aussi dans la sensibilisation à l’environnement.

Mais c’est aussi aider l’économie locale, en rappelant que la transition vers une agriculture biologique peut-être aussi une ressource en emplois nouveaux.

La lutte contre le réchauffement climatique ainsi que pour la biodiversité y trouvera là un levier important, tant par la réduction des transports (circuits locaux), que la protection ou la recréation de paysages propices à la biodiversité.

MUNICIPALES 2020 : PROPOSITION N° 4

Proposition n°4 : Le Pacte pour la transition, un champ des possibles à exploiter.

La confiance dans le contrat politique qui lie les citoyens et leurs représentants est, on le sait, mis à mal. Nouvelle Donne travaille à cette question et défend un certain nombre de propositions (voir la n°3). La notion de pacte réinvestit le lien entre élus et électeurs.

C’est pourquoi le travail fait par les associations du « Pacte pour la transition » mérite une attention particulière des candidats aux élections municipales. Nouvelle Donne soutient cette initiative et invite les élus à utiliser cet instrument d’une richesse considérable.

Nous tenons à mettre tout particulièrement en exergue les propositions suivantes, sans que ce soit exclusif, bien évidemment, des autres propositions :

#01. Se doter d’une politique ambitieuse d’achats publics responsables (incluant des dispositions sociales, environnementales et locales).

#08. Préserver et développer les trames vertes (couvert végétal), bleues (cycles de l’eau), brunes (sol) et noires (éclairage) pour redonner sa place au vivant sur le territoire.

#09. Mettre fin au développement de grandes surfaces commerciales sur le territoire.

#13. Contribuer à la fin des projets et infrastructures qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre et font reculer la biodiversité.

#18. Impulser et financer une démarche collective de prévention, réemploi, valorisation des déchets en régie ou avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

#21. Assurer l’accueil, l’accompagnement et la réinsertion des personnes en difficulté.

#22. Limiter la place de la publicité dans l’espace public.

#24. Garantir l’accès à un logement abordable et décent pour toutes et tous.

#27. Favoriser l’inclusion des personnes les plus éloignées du monde du travail avec une politique locale de l’emploi tournée vers la transition écologique du territoire et à dimension sociale.

#29. Créer une commission extra-municipale du temps long pour représenter les intérêts de la nature et des générations futures, et s’assurer de l’adéquation des grands projets des communes et de leurs groupements avec les enjeux écologiques, sociaux, climatiques de moyen et long terme.

#32. Adhérer aux monnaies locales complémentaires et citoyennes et les mettre en place dans les services publics de la commune et de ses groupements, dans les budgets participatifs et dans le soutien aux associations.

Les futurs élus s’inspireront aussi utilement des travaux publiés dans l’ouvrage Drawdown de Paul Hawken. Grâce aux études du collectif mené par cet écologiste américain, un certain nombre de solutions destinées à des territoires très différents, mais notamment aux villes : bâtiments autonomes, développement des axes piétonniers, des infrastructures cyclistes, des toits végétalisés, des éclairages aux DEL, des pompes à chaleur, des vitrages intelligents…

Il n’y aura pas de transition environnementale sans démocratie. Des débats larges et continus sont nécessaires pour décider collectivement des projets de transition énergétique si nous voulons les voir appliquer non seulement rapidement, mais aussi correctement.

Municipales 2020 : Proposition n°3

Chaque semaine, le Comité local de Gironde propose une idée, un projet, destiné à enrichir le débat à gauche, soit pour l’ensemble des communes, soit pour une commune en particulier.

Semaine du 23 septembre 2019  :

Proposition n°3 : Répondre aux aspirations démocratiques nouvelles

Nouvelle Donne a toujours associé les trois grands dérèglements qui nous menacent et qui défont méthodiquement la cohésion sociale et la confiance envers les institutions républicaines  : le chômage de masse, le dérèglement climatique et environnemental, la sclérose des institutions démocratiques. Chaque aspect renvoie dans ses causes comme dans ses solutions aux deux autres.

Le Comité local girondin de Nouvelle Donne demande donc que les futurs conseils municipaux s’engagent sur les points suivants  :

  • Une limitation du cumul des mandats dans le temps. La politique, si elle demande un savoir-faire indéniable, ne peut être réservée à quelques individus en place. L’exemple caricatural de la mairie de Bordeaux depuis 1945 est inadmissible. Avec les mêmes élus qui restent en place, c’est le risque de voir surgir, qu’on le veuille ou non, des réseaux de copinage et des conflits d’intérêt qui vont à l’encontre du bien public.
  • Les élus Nouvelle Donne ont une Charte éthique qu’il s’engagent à respecter dans leurs fonctions. Nous nous fondons aussi sur la charte ANTICOR, que nous soutenons et que nous estimons être un élément fondamental pour tout engagement public. Les propositions éthiques qu’on y trouve s’imposent à toute action politique.
  • Les Conseils municipaux, composés d’élues et d’élus à parité, doivent aussi s’engager à respecter cette parité dans l’attribution des postes de responsabilité.
  • Il est urgent de favoriser l’implication citoyenne, d’instaurer la pratique régulière de la concertation politique : nous voulons créer un jury citoyen dans chaque commune. Composé de citoyennes et de citoyens tirés au sort, ce jury citoyen sera chargé de formuler des analyses et des propositions pour tous les grands travaux et les engagements financiers importants. Leurs rapports feront obligatoirement l’objet de débats en conseil municipal. Ils rendront aussi un rapport public annuel sur leurs activités qui sera publié dans le journal municipal et sur le site officiel de la commune.

Forum pour une alternance écologiste et sociale

Les réunions se poursuivent entre plusieurs partis de gauche et écologistes afin de proposer une alternative à Bordeaux. Pour construire un projet le plus proche possible des attentes des habitants, il importe de nourrir la réflexion à partir des demandes et des propositions des Bordelais et des Girondins eux-mêmes.

Nous vous invitons à participer nombreuses et nombreux aux ateliers proposés lors de cette journée :

Forum pour une alternance écologiste et sociale

Samedi 28 septembre entre 10h et 17h30
Salle Pierre Tachou – Point du Jour (PLAN)
44 rue Joseph Brunet 33300 Bordeaux-Bacalan

Tram B : Brandenburg / Claveau – Bus 9, 25, 76 : Brandenburg / Blanqui

Entrée libre et gratuite.

Ateliers du matin (10h30-12h30) :

• se déplacer : mobilités, circulation, stationnement

• grandir : enfance, petite enfance, écoles, restauration scolaire

• partager : solidarités, vie associative, tranquillité, vieillesse

• participer : démocratie locale, gouvernance, dépenses publiques

Ateliers de l’après-midi (14h-16h) :

• respirer : lutte contre les pollutions, gestion des déchets, végétalisation

• s’épanouir : culture, sports, vie nocturne

• se loger : coût du logement, logements sociaux, étudiants, d’urgence…

• travailler : économie, emploi, chômage

Si vous avez des remarques, des propositions sur ces thèmes, vous pouvez nous les faire parvenir à l’adresse du Comité Local : gironde[at]nouvelledonne.fr

Suivez et relayez l’événement sur Facebook

Merci pour votre participation !

Municipales 2020 : Proposition n°1

Chaque semaine, le Comité local de Gironde proposera une idée, un projet, destiné à enrichir le débat à gauche, soit pour l’ensemble des communes, soit pour une commune en particulier.

Semaine du 5 septembre 2019 :

Proposition n°1 : Rebaptiser l’actuelle « Avenue Thiers » de Bordeaux en « Avenue Flora Tristan ».

Du symbole…

2019 marque le 175e anniversaire de la mort de Flora Tristan. Figure majeure du combat social et féministe, elle repose au cimetière de la Chartreuse. Alors qu’en 2019, à l’heure où nous écrivons, déjà plus de 100 féminicides ont été perpétrés en France, il est nécessaire de rappeler les combats sociaux et féministes de Flora Tristan, elle-même victime de violences conjugales. Ses combats méritent notre reconnaissance, ils nous obligent aussi. La présence de ses cendres à Bordeaux doit être l’occasion de revaloriser sa mémoire et ses engagements.

Faire disparaître le nom de Thiers d’une de nos plus importantes avenues a aussi son sens. Thiers, monarchiste tardivement rallié à la République, éternellement responsable du massacre des Parisiens en 1871, « le type même du bourgeois cruel et borné, qui s’enfonce sans broncher dans le sang » (Clemenceau), mérite-t-il vraiment la place qui lui est faite dans la géographie de la ville de Bordeaux  ?

… à la politique concrète

La nouvelle municipalité, que les adhérents de Nouvelle Donne appellent de leurs vœux pour 2020, outre cette mesure symboliquement forte, devra s’engager rapidement dans une politique d’aide aux droits des femmes  : aides aux associations féministes (ex  : Maison des femmes), aux associations d’aide aux femmes vivant dans la rue (ex  : La Piraterie), communications publiques en faveur de la lutte pour l’égalité femmes-hommes, accompagnement des écoles dans leurs démarches dans ce domaine…

Notre société n’en finit pas de se dépêtrer des héritages phallocratiques des siècles précédents : de la loi salique au Code civil napoléonien et au Code pénal de 1810 ( « ART.324 : Le meurtre commis par l’époux sur l’épouse, ou par celle-ci sur son époux, n’est pas excusable, si la vie de l’époux ou de l’épouse qui a commis le meurtre n’a pas été mise en péril dans le moment même où le meurtre a eu lieu. Néanmoins, dans le cas d’adultère, prévu par l’article 336, le meurtre commis par l’époux sur son épouse, ainsi que sur le complice, à l’instant où il les surprend en flagrant délit dans la maison conjugale, est excusable. »), du retard éhonté dans l’obtention des droits politiques et sociaux des femmes aux violences machistes, nous avons collectivement de gigantesques progrès à faire pour que nos garçons ne deviennent pas bourreaux de leur compagne, pour que nos filles ne soient plus victimes de leur compagnon. L’échelle locale peut et doit être un outil de cette politique.

Vous êtes intéressé/e par nos travaux ? Vous voulez nous rejoindre ? Vous pouvez adhérer à Nouvelle Donne, vous pouvez aussi nous contacter directement à gironde[@]nouvelledonne.fr.

« Je réclame des droits pour la femme, car je suis convaincue que tous les malheurs du monde proviennent de cet oubli et mépris qu’on a fait jusqu’ici des droits naturels et imprescriptibles de l’être femme » (Flora Tristan, Union ouvrière, 1844)

Union de la gauche aux Européennes

Nouvelle Donne participe à une liste de rassemblement de la gauche
sociale et écologique menée par Raphaël Glucksmann

Dans le cadre des élections européennes de mai prochain, Nouvelle Donne officialise sa participation à la liste d’union qui rassemble Place Publique, le Parti Socialiste et d’autres partis et mouvements progressistes et écologistes. Le lancement de la campagne aura lieu lundi 25 mars à Creil en présence de Raphaël Glucksmann, Claire Nouvian, Olivier Faure et Pierre Larrouturou, dès 14h devant l’hôpital de Creil, suivi d’un temps d’échange citoyen à la Faïencerie-Théâtre à 15h.

En 2014, Nouvelle Donne avait rassemblé 540.000 voix, soit 3,1 % des suffrages exprimés.

Des élections européennes sous le signe du collectif

Après consultation de ses adhérents qui ont plébiscité cette stratégie à 85 %, c’est avec enthousiasme et optimisme que Nouvelle Donne annonce sa participation à la liste d’union pour les élections européennes de 2019.

Nouvelle Donne apporte ses propositions pour lutter contre le dérèglement climatique, juguler la spéculation financière, renforcer la cohésion sociale de nos sociétés. Nous participerons activement à la campagne et présenterons des candidats sur cette liste, avec en duo de tête Pierre Larrouturou, co-fondateur de Nouvelle Donne, et Maylis Lavau-Malfroy, porte-parole du mouvement. Anne Hessel (en position non éligible) et d’autres candidats Nouvelle Donne figureront sur cette liste, qui reste ouverte aux nouveaux arrivants jusqu’au dépôt de la liste fin avril.

Pierre Larrouturou et Maylis Lavau Malfroy
candidats Nouvelle Donne dans cette liste d’union de la gauche

Nouvelle Donne et ses partenaires tiennent à rappeler leur volonté de mener une liste collective au sein de laquelle tous les candidats et tous les partis engagés apporteront leur contribution. Nouvelle Donne appelle EELV, Génération.s et Diem25 à participer à cette liste d’union pour mener un combat commun.

La convergence programmatique est le socle de notre union

Fidèle au mandat qui lui a été donné par ses adhérents, Nouvelle Donne travaille depuis des mois avec les partis de la gauche écologiste, sociale et pro-européenne pour présenter une liste commune aux prochaines élections européennes.

L’urgence climatique, sociale et démocratique impose de construire un vaste rassemblement autour d’un projet politique européen fort. Nous ne pouvons plus accepter les atermoiements : pour éviter le chaos climatique et le chaos social, il est urgent de permettre aux citoyens de reprendre en main leur avenir.

Nouvelle Donne se lance dans les élections européennes !

En mai 2019, Nouvelle Donne participera pour la deuxième fois aux élections européennes. Le parti entend proposer des réponses aux défis climatique, social et démocratique que rencontre l’Europe.

L’Union Européenne, incontournable pour Nouvelle Donne

L’Union Européenne est la deuxième puissance économique mondiale. À ce titre, elle a la responsabilité de mettre en place les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique… et jusqu’ici, si peu a été fait ! L’urgence dans laquelle nous nous trouvons impose des prises de décisions rapides et indispensables.
Les peuples d’Europe ont un destin commun qui ne peut pas être servi par les replis identitaires nationalistes. L’Europe ne doit pas non plus être le terrain de jeu des néolibéraux qui l’exploitent sans la construire durablement.
Nous avons la responsabilité de redonner du sens au projet européen. L’Europe peut être le fer de lance d’une nouvelle donne écologique, sociale et démocratique. Son exemple peut changer le monde.

Un rassemblement à grande échelle

Membre actif de Printemps Européen aux côtés de Génération.s et de DiEM25, nous construisons ensemble un projet paneuropéen autour de la gauche progressiste et écologiste. Notre objectif est un rassemblement à plus grande échelle pour que ceux qui se ressemblent s’assemblent, au-delà des rivalités, sur la base de nos projets communs, pour une action commune. Pour cela, nous poursuivons les rencontres avec toutes les forces de gauche écologistes  : EELV, Place Publique, le Parti Communiste, Génération.s, Diem25, le Parti Socialiste, UDE, CAP 21, Génération Écologie…
Le projet est ambitieux, le délai est court et l’urgence est criante. C’est aussi parce que nous sommes nombreux à partager ce diagnostic et nombreux à avoir des propositions communes que nous pensons que l’union est possible. Le projet est ambitieux, réalisons-le !

CONTACT PRESSE :
Maylis LAVAU MALFROY
communication[at]nouvelledonne.fr
www.nouvelledonne.fr

comment lire l’épisode des gilets jaunes ?

Paul Agius, co-fondateur de Nouvelle Donne, analyse la révolte des gilets jaunes.

Tout bien réfléchi, comment lire l’épisode gilets jaunes ? Il me semble finalement que ça pourrait être un levier inespéré  pour l’exécutif. En effet, le problème n’est pas le niveau des contributions (qu’on appelle « Taxes » pour les faire détester). Le problème est : « pas assez de revenus pour les contributions que l’on demande ». Or qu’est-ce qui a fait baisser les revenus ? Surtout le chômage qui exerce une pression à la baisse sur les salaires et permet le détricotage des conventions collectives. Et qu’est-ce qui pèse sur les revenus des plus riches ? Les services publics qui coûtent cher, profitent à tous, et donc nécessitent des contributions fiscales et sociales. Donc le jeu consiste, pour les plus riches, à supprimer le maximum de services publics, à baisser les impôts, et à garder le plus bas possible les revenus des moins riches.

Les gilets jaunes vont permettre de résoudre le premier élément de l’équation : baisse des impôts, qui sera suivie par un détricotage des services publics. On va vers une société à bas salaire, avec peu d’impôts et de cotisations sociales, et peu de services publics, de retraite, de sécu…Je résume : l’objectif est d’avoir des salaires bas ou très bas, peu de services publics, peu ou pas de protection sociale, mais des services et assurances privées. Et donc peu d’impôts et peu ou pas de cotisations sociales.

Acte 1 : on fait monter de chômage et on le maintient élevé. FAIT depuis 1975.
Acte 2 : les revenus baissent, et les conventions collectives sont détricotées, grâce au chômage, et on essaie de diminuer le nombre de fonctionnaires. Le déficit public et social s’aggrave ; à cause du chômage il y a moins de cotisants. On développe les grandes surfaces et on supprime le commerce de proximité pour limiter la baisse du pouvoir d’achat. FAIT.
Acte 3 : on baisse radicalement l’impôt des plus riches. Mais pour équilibrer (un peu) le budget, on augmente celui des moins riches. Révolte car on n’en peut plus. Ça c’est en cours avec les gilets jaunes. Donc on va aussi diminuer l’impôt des moins riches, et petit à petit et par conséquent diminuer encore services publics et protection sociale que les moins riches devront se payer tout seuls. Quant aux plus pauvres, on n’en parle même pas.

Je pense que les gilets jaunes se révoltent contre la compression de leurs revenus face au coût de la vie toujours plus lourd et aux conditions de vie toujours plus difficiles. Et que l’origine de cette situation se trouve dans l’installation du chômage, il y a 40 ans, et dans son maintien à un niveau élevé, depuis. Or, cela fait des années que je milite pour de vraies solutions pour venir à bout de ce chômage, dûment expérimentées dans des centaines d’entreprises. Avec un rejet radical de ces solutions par  les instances patronales, qui ont bien compris leur finalité. Et donc leur non prise en compte par les élus, qui eux n’y ont pas compris grand chose…

Bref, la révolte des gilets jaunes est légitime, les conséquences de leur action risque d’accroître le problème en laissant se tasser les revenus et en laissant mourir services publics et protection sociale. Faut-il soutenir une révolte légitime aux conséquences potentiellement désastreuses ?
Je pense que oui. La voix de la protection de la planète pourra être mieux entendue, y compris par ceux qui défendent leur droit à se déplacer en diesel. Mais, comment sortir en deux mois d’un piège qui s’est noué depuis 40 ans ? Piège que nos dirigeants et l’essentiel de l’intelligentsia estime inéluctable, voire souhaitable ?

Donc attendons-nous à une crise majeure. Dommage que ceux qui portent des gilets jaunes ne nous aient ni crus ni suivis lorsque depuis 1992, nous avons préconisé une nouvelle organisation du travail pour réduire radicalement le chômage.

Plus d’infos :